Faire de son art une entreprise

Philippe Meyer est un artiste qui joue sur plusieurs tableaux. Sculpture, peinture et écriture constituent ce qu’il appelle son « triangle de création ». Nous vous proposons ici quelques morceaux choisis d’une première rencontre, avant sa participation au prochain atelier du CAC 33.

 

1. A quel moment l’artiste envisage-t-il que son œuvre puisse devenir un objet commercial ? Portrait Phil Meyer

La partie business intervient selon moi soit tout au début, soit tout à la fin. S’il s’agit d’une création pure, c’est une fois que la pièce est réalisée, que le processus de création est passé, que je peux juger et « quantifier » ce que j’ai en face de moi. Et s’il s’agit de répondre à une commande, il y a au départ un prix de base, à partir duquel l’artiste travaille.

Il ne faut pas oublier que la vente permet à l’artiste de valider par ses pairs, qui ne sont pas eux artistes, la valeur de son art. Avant tout, c’est une reconnaissance.

 

2. Comment un artiste aujourd’hui se développe-t-il commercialement ?

Quels soutiens financiers lui sont apportés ?

Phil Meyer, "Rush à la robe"

Phil Meyer, « Rush à la robe »

Je vois trois grandes formes de soutien financier envers l’artiste : il y a le mécénat, d’entreprise ou familial ; les ventes générées (dans la galerie par exemple) ; les appels d’offres et les commandes.

 

Il existe une clientèle collectionneuse qui achète une œuvre parce qu’elle a un coup de cœur. C’est une forme de mécénat d’esthètes qui comporte des avantages fiscaux car les œuvres d’art ne sont pas assujetties à l’impôt de solidarité sur la fortune. Pour elle, c’est un placement, mais c’est aussi une marque de soutien à l’attention de l’artiste.

 

La législation joue aussi un rôle notable avec le 1% artistique pour tout bâtiment public : 1% du prix total du bâtiment est consacré soit à l’achat d’une œuvre d’art déjà existante, soit à la création d’une œuvre pour le lieu par le biais d’un appel d’offre.

 

3. Quels seraient vos arguments pour convaincre un entrepreneur de devenir votre mécène ?

Je lui dirais que c’est fédérateur pour ses salariés, si la démarche est bien explicitée. Il ne faut pas en effet que ce soit interprété comme le fait qu’il assouvisse un intérêt personnel. L’argument fiscal est aussi intéressant : suivant la forme de mécénat et la cause soutenue, le taux de défiscalisation se chiffre entre 50 et 70%. Et il n’y a pas de perte car le reste, c’est de la communication. Et puis c’est investir sur le futur, car cela permet d’être en lien avec une culture innovante !

 

Croquis du Christ par Phil Meyer4. Vous avez bénéficié pour votre pièce « Les Trois Jours » d’un mécénat en nature : racontez-nous !

Phil Meyer, "Les Trois Jours"

Phil Meyer, « Les Trois Jours »

J’ai participé à une exposition il y a deux ans sur le thème de l’art et du sacré. A partir d’un dessin du Christ que j’avais fait et que j’ai retravaillé, j’ai sculpté une pièce. Et c’est pour cette dernière que j’ai bénéficié d’un mécénat de matériaux, réalisé dans le cadre du programme Above de Xylofutur, un pôle de recherche sur le bois dans le Sud-Ouest. Le bois et la colle m’ont été fournis, en grande quantité car cette œuvre mesure deux mètres de haut, et un atelier a également été mis à ma disposition. C’est grâce à tout ce soutien que j’ai pu réaliser cette pièce qui a nécessité quelques 650 heures de travail, comprenant des recherches préparatoires. Dans quelques temps, elle sera exposée place Pey Berland, à Bordeaux.

 

Entretien réalisé par Florence Charrier-Nicou


Si vous souhaitez échanger avec Phil Meyer sur sa démarche artistique, il vous ouvre les portes de son atelier-galerie au 61 rue de Pessac à Bordeaux, sur rendez-vous.

Phil Meyer, "Scroll sequence"

Phil Meyer, « Scroll sequence »

Vous pouvez également vous rendre sur son site : http://byphil.eu/

 

Ses actualités : expositions estivales au château de Villandraut et au château La Tour Carnet.


Tout le programme de notre atelier du 16 juin est à retrouver ici !

> Et pour vous inscrire, c’est par là !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *