Entreprendre dans l’ESS : l’exemple à suivre d’ATIS

Présentation de la structure ATIS (Association Territoires & Innovation Sociale) de Bordeaux, qui aide les entrepreneurs de l’Economie Sociale & Solidaire à faire émerger leur projet. Cet article est le résumé d’un dossier sur l’entrepreneuriat dans l’ESS (téléchargeable ici) réalisé par Jeremy Abdilla & Yihao Wu dans le cadre de leur Master 2 IDET.



——————————– INTRODUCTION ——————————–


C’est un constat bien connu : les entreprises qui bénéficient d’un accompagnement ont généralement davantage de chance de réussite. Entrepreneuriat nécessite en effet une implication totale. Le chef d’entreprise doit être performant sur son cœur de métier (quel que soit le produit ou service proposé) … et aussi dans sa capacité à définir un modèle économique rentable et atteignable ; à organiser le fonctionnement de sa structure ; à gérer son emploi du temps ; à prospecter, négocier et fidéliser ; … Les structures de l’ESS n’échappent pas à cette règle ! Leur volonté de répondre à des besoins locaux tout en s’appuyant sur des parties-prenantes « du cru » alourdie considérablement leur tâche. Les structures d’accompagnement spécialisées en ESS sont donc vitales pour aider ce « secteur » à se renforcer et à se structurer durablement.

L’ESS est un mouvement de fond comptant 200 000 entreprises en 2018 en France pour 2,37 millions de salariés (environ 12% des salariés de droit privé). Il correspond à une volonté des consommateurs de se détourner d’entreprises dites « classiques », c’est-à-dire davantage orientées vers un modèle capitalistique. Une volonté de rentabilité maximale au détriment des aspects sociaux et écologiques. Cette tendance exprimée par certaines catégories de citoyens traduit une envie de retour à une certaine forme de proximité. Elle est un impératif face au dérèglement climatique et aux crises qui secouent notre société. C’est pour cela que les pouvoirs publics soutiennent les porteurs de projets qui agissent pour une économie inclusive et respectueuse des 3 piliers du développement durable. A cela s’ajoute le fait que ces structures contribuent à l’inclusion professionnelle des personnes éloignées de l’emploi. La crise de 2009 a, en outre, semblé indiquer que les entreprises sociétales s’avèrent être moins impactées par les aléas économiques, car non-délocalisables et basées sur un marché local.

L’ensemble de cet article est agrémenté de verbatims, retranscris en italique & en bleu, issus d’un entretien
réalisé avec Elise Depeker : directrice d’ATIS depuis sa création.

A travers cet article nous verrons pourquoi ATIS, l’une des associations d’accompagnement des entreprises de l’ESS les plus actives sur le territoire bordelais, a vu le jour et la manière dont cette asso fonctionne. Leurs 3 principales missions (l’Incubateur, la Fabrique à Initiatives et Start-Up de Territoire) seront mises en avant. Une dernière partie abordera la question de la Coopération et du déploiement territorial.

https://atis-asso.org/





——————————– PRÉSENTATION ——————————–

L’association ATIS a vu le jour en 2010 à l’initiative de collectivités locales et d’acteurs historiques de l’ESS, publics et privés, soucieux de contribuer au développement de l’innovation sociale en Gironde. Sa création part du constat du manque d’un maillon, « le chaînon manquant », pour repérer et accompagner les entrepreneurs sociaux dans la concrétisation de leurs projets.


« ATIS a été créée pour répondre à un manque repéré sur le territoire, suite à 6 mois d’études d’opportunités porté par France Active Aquitaine. Le constat était que l’on passait à coté de projets car il n’y avait personne pour accompagner les porteurs de projets sociaux sur la phase d’émergence. Dans le même temps, nous voulions ainsi répondre à un appel à projets lancé par la Fabrique à Initiatives pour expérimenter ce dispositif sur notre territoire. Parmi les acteurs historiques figurent notamment la Région, Bordeaux Métropole et la Ville de Pessac ».

Les projets à impact social, économiquement pérennes et créateurs d’emplois durables sont épaulés. Toutefois selon Elise Depeker, « c’est plutôt en raison de son statut, voire de son mode de gouvernance, davantage qu’en raison de son activité en elle-même qu’une structure relève de l’ESS ».



A la différence de structures d’accompagnement généralistes, ATIS appuie sur des points socialement innovants :
• recherche de réponses à des besoins non-comblés pas une entreprise privée,
• pérennité du modèle économique,
• création ou maintien d’emplois, avec une attention portée à l’intégration professionnelle de publics éloignés de l’emploi (en lien notamment avec les acteurs de l’Insertion par l’Activité Economique … notamment représentés à Bordeaux par INAE),
• aide à l’implantation locale.



ATIS agit comme un catalyseur, un vecteur de développement économique et social dans les territoires. « Nos modes d’accompagnements incitent fortement nos bénéficiaires à adapter leurs pratiques et activités pour devenir des structures à part entière de l’ESS ».



IMPLANTATION

Historiquement basé à Pessac, ATIS a intégré en 2008 le Point Commun, situé 90 rue Malbec à Bordeaux, auquel il a activement contribué en devenant copropriétaire et locataire de cette SCI (Société Civile Immobilière). Un lieu spécifiquement dédié à l’Economie Sociale et Solidaire, l’entrepreneuriat et l’innovation sociale, la finance solidaire, … pour faciliter les échanges entre acteurs locaux.

Missions du Point Commun :
• Diffuser l’esprit d’entreprendre autrement
• Accélérer la réussite des entrepreneurs
• Apporter des solutions de financement
• Développer les passerelles entre l’ESS & d’autres filières économiques.



GOUVERNANCE ET ORGANISATION

Le Conseil d’Administration d’ATIS rassemble 6 entrepreneurs girondins (précédemment accompagnés par ATIS), 2 collectivités locales, 8 acteurs de l’ESS (CRESS, France Active Nouvelle-Aquitaine, UNEA, URSCOP, INAE, …).

« Au fil des années, nous avons évolué vers une part de plus en plus importante donnée aux entrepreneurs dans notre gouvernance ».

Les 9 salariés d’ATIS (dont 8 chargés de missions) combinent une palette de compétences complémentaires :
• une expérience en gestion de projets pluriannuels « Un projet issu de La Fabrique à Initiatives peut prendre 3 ans à voir le jour »,
• une expertise en matière d’ESS, d’innovation sociale et de modélisation économique,
• une connaissance fine du territoire et de l’écosystème entrepreneurial local et national,
• une capacité d’animation de groupes et mobilisation de l’intelligence collective.


« Chaque salarié a un portefeuille d’une dizaine de projets. Ces projets sont répartis soit en fonction de leur appétence pour tel ou tel sujet, ou selon le hasard du timing. Chacun à des compétences d’animation et est amené à recourir à des techniques d’intelligence collective. Des connaissances pointues en création d’entreprises sont requises, ainsi qu’un intérêt pour les enjeux sociétaux et économiques. Beaucoup de savoir-être sont mobilisés puisqu’il faut être capable de travailler en équipe et en réseau, rester en connexion avec l’écosystème, être rigoureux dans la fixation des étapes d’accompagnement, … » […] « Nous nous répartissons la communication, tandis que les fonctions supports sont gérées par moi-même ».



FINANCEMENTS

« Nous percevons uniquement des financements annuels, ce qui ne nous garantit pas une pérennité dans le sens où ceux-ci peuvent être remis en cause d’une année sur l’autre. C’est pourquoi nous devons diversifier nos financements pour être en capacité de nous adapter à d’éventuelles retournements de politiques et assurer notre continuité. La pérennité de nos financements dépend de la continuité des politiques publiques favorables à l’ESS dans les collectivités locales. Sachant que nos financeurs sont avant tout des parties-prenantes qui participent à part entière de nos projets ».

« Notre budget annuel se situe entre 450 000 et 500 000 € par an, avec 22 lignes de financements »
En 2018, les dépenses d’ATIS ont été de 425 K € (-11% par rapport à 2017), avec un résultat excédentaire de 27 786.13 €.


« La part des financements publiques restent au fil des ans à peu près stable en valeur -75%- mais diminue en proportion du fait de l’entrée de financements privés. Notre développement au niveau régional nous amène toutefois à bénéficier de financements d’autres collectivités ».



RÉSULTATS

« Une soixantaine de projets sont accompagnés par an » 81 l’ont été projets par l’incubateur en 2018, à tous les stades de vie (dont 60% en phase d’Emergence / Création). […] « Nos financeurs ne nous assignent pas directement des objectifs : c’est nous-même qui nous les fixons au regard de ce que nous avions réalisé les années précédentes. Si ces objectifs ne sont pas atteints, cela pourrait nous être signalé mais nos relations sont excellentes ».

Depuis 2010 :
• 193 projets / idées détectés
• 88 candidatures à appels à projet réceptionnées
• 43 activités à fort impact social créés
• 86% toujours en activité (alors que 90% des startups ne passent pas le cap des 5 ans).
• 165 emplois créés.






——————————- L’INCUBATEUR ——————————-

Les incubateurs spécialisés en ESS s’adressent aux porteurs de projet en cours de création ou récemment immatriculé. Intégrable gratuitement, ils proposent un accompagnement adapté, intensif et de longue durée allant de l’étude de faisabilité à la création de la structure juridique. La durée de l’accompagnement dépend du projet et du besoin du porteur.


« L’incubateur fait suite à des sollicitations de porteurs de projets qui souhaitaient intégrer la Fabrique à Initiatives … alors qu’ils avaient déjà un projet en tête. Sa création, en 2014, nous a permis de clarifier notre offre sur la phase d’émergence. Pendant 12 mois en moyenne, les services individuels et collectifs de l’incubateur aident les porteurs de projets à structurer leur idée, leur offre et leur fonctionnement ; pour aller progressivement jusqu’au lancement de leur entreprise … parfois sous forme de SCOP, SCIC, ESUS, … ».

Après avoir complété un dossier de candidature, le candidat devra passer devant un Comité de sélection.

« L’un des seuls critères que nous imposons est de devoir créer 3 à 5 emplois dans les 3 ans suivant sa création … puis de rester en contact avec nous ». […] « En entreprenant dans l’ESS on doit savoir parler la langue de l‘entreprise, celle du social et celle du monde institutionnel ; cela diffère par rapport à un entrepreneur classique. Il faut également accepter de gagner moins et compter au-début sur ses indemnités chômage. En phase d’amorçage, nous ne pouvons couvrir financièrement quelqu’un plus de 9 mois ».




——————————- LA FABRIQUE A INITIATIVES ——————————-


La Fabrique à initiatives et un dispositif déployé par Avise depuis 2010. Il est porté en Nouvelle-Aquitaine par ATIS. La Fabrique accompagne les acteurs d’un territoire dans la compréhension des besoins locaux. Ce programme connecte des acteurs publics, privés et des citoyens pour construire des réponses entrepreneuriales adaptées. Porté par des structures de l’accompagnement, il modélise des activités ou essaime des innovations ayant fait leurs preuves ailleurs en les adaptant aux réalités locales.

UN PROCESSUS INVERSE DE CRÉATION D’ENTREPRISE


Détecter les besoins sociaux nécessite de constituer et d’animer un réseau de « capteurs d’idées » pour repérer les opportunités socio-économiques réelles.

Réfléchir le processus d’idéation consiste à valider la pertinence tant sur la réponse qu’elle offre que sur son potentiel économique. Ceci en recourant à une étude de marché qui confirmera ou non les indicateurs économiques mentionnés dans le Business Plan.

Inventer une réponse collective et valider la pertinence et la viabilité de la solution grâce à une étude d’opportunité.

Transmettre le projet à un entrepreneur qualifié, qui réalisera l’étude de faisabilité & le business plan social.

Accompagner le porteur de projet jusqu’à la création de l’entreprise sociale, en partenariat avec les réseaux et acteurs spécialisés existants.

La Valeur Ajouté de La Fabrique :
• La médiation et la co-construction avec les partenaires, les financeurs et les organismes bancaires,
• Un travail poussé sur l’innovation de modèle,
• L’accompagnement des porteurs dans la complexité de la levée de fonds et le montage juridique.


« Le fait qu’un projet soit soutenu par une structure comme la Fabrique à initiatives aide à valider le projet auprès des financeurs »




——————————- START-UP DE TERRITOIRE ——————————-

UNE DYNAMIQUE D’INNOVATION TERRITORIALE POUR RÉPONDRE AUX ENJEUX DU TERRITOIRE

Start-Up de Territoire est un programme catalyseur d’innovation territoriale, mené dans plusieurs villes de France et depuis 2017 à Bordeaux. Cet évènement est construit en 3 temps :

• une phase de définition entre experts locaux des défis prioritaires à Bordeaux Métropole,
• une soirée ouverte et créative qui fait émerger des projets entrepreneuriaux répondant à ces défis,
• une phase d’accompagnement des projets émergés pendant 18 mois max grâce à l’incubateur d’ATIS ou via d’autres acteurs locaux.


L’édition 2018 a mobilisé plus de 120 experts sur la phase exploratoire
… puis 300 participants et plus de 75 contributeurs lors de la soirée créative.

Cet évènement a permis d’accélérer 22 projets entrepreneuriaux locaux innovants
et d’imaginer des solutions citoyennes à 12 grands défis métropolitains.

« Il n’y aura pas d’édition en 2020. Nous allons à la place effectuer un bilan d’étape suivi d’un renforcement de tout ce qui a déjà été accompagné. Une rencontre entre les membres de cette communauté va permettre de faire le point sur les entrepreneurs et les idées qui ont été accélérés.

Une première édition est envisagée à Périgueux. Start-Up de Territoire contribue à essaimer les questions sociétales au plus grand nombre. De nouvelles personnes et nouveaux sujets émergent grâce à ce décloisonnement ».




——————————- COOPÉRATIONS TERRITORIALES ——————————-

DORDOGNE ET LOT-ET-GARONNE

A ce jour, ATIS déploie également ses activités en Dordogne via le dispositif Emergence Périgord animé par 1 salarié présent sur ce département « dans les mêmes locaux que France Active & Coop Alpha à Périgueux ». Dès 2020 ATIS sera aussi actif en Lot-et-Garonne, là-aussi grâce à la présence d’une chargé d’accompagnement … tandis qu’une étude d’implantation est en cours pour assurer une éventuelle présence en Poitou-Charentes. La Région Nouvelle-Aquitaine souhaite installer un incubateur par Département. Cette irrigation contribue à déployer les bonnes pratiques de l’ESS au plus grand nombre.



DISPOSITIF LOCAL D’ACCOMPAGNEMENT

Le « Dispositif Local d’Accompagnement Régional » est le programme qui initie des coopérations territoriales entre structures d’accompagnement sur le territoire néo-aquitain, dont ATIS qui en était jusqu’alors le coordonnateur. Les interventions du DLA appuient des activités et services d’utilité sociale dans leur démarche de consolidation économique et de développement.


Rôle du DLA Régional :
• L’animation et la coordination des DLA départementaux de Nouvelle-Aquitaine
• L’organisation de séminaires et de rencontres entre partenaires
• L’accompagnement des structures et réseaux régionaux d’utilité sociale.

France Active Poitou Charentes et France Active Limousin sont les 3 opérateurs du DLA Régional en Nouvelle-Aquitaine,
avec France Active Nouvelle-Aquitaine comme nouveau chef de file.




Cet article est téléchargeable ici sous forme d’un Rapport PDF 

… et là sous la forme d’un Présentation orale Powerpoint

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.