La Facilitation graphique : des dessins pour le dire

Il est parfois difficile de faire simple. Faciliter la compréhension de certaines idées ou pensées difficilement explicables est pourtant une vertu ! Celle dont dispose Tiana Castelneau, qui propose des prestations & formations en visualisation et en « Facilitation Graphique » et à laquelle le CAC33 a décidé de s’associer lors de son prochain atelier pour proposer une expérience toujours plus intense à ses participants.

 

 

  • Tiana, comment es-tu tombée dans l’univers de la facilitation graphique ?

Par hasard… La filiale française de ma société m’envoie à Londres présenter à notre maison-mère l’avancée de nos projets.
J’ai alors découvert que l’on pouvait faciliter visuellement les réunions et le métier de facilitateur graphique. Et parallèlement, j’ai vu que tous les collaborateurs prenaient des notes sous forme de Sketchnotes et de mind mapping. Moi qui ne savais pas prendre des notes linéaires tout en écoutant mon interlocuteur, j’ai appris qu’il existait d’autres manières de prendre des notes et qu’en plus elles étaient plus efficaces.

 

 

  • Qu’est-ce qui t’as plu dans cette technique de communication visuelle ?

Le fait de pouvoir synthétiser visuellement des informations complexes. J’ai vu la meilleure compréhension que le visuel apporte à des projets et l’adhésion éclairée des équipes qui en découle.

 

 

  • A qui cela s’adresse-t-il ? En quelles occasions ? 

C’est pour les entreprises de toutes tailles, les institutions, les centres de formation, les collectivités, les organisateurs de conférences et d’évènements collectifs dans tous les secteurs d’activités. Tous les évènements intra ou inter entreprises dans lesquels des personnes participent collectivement (des colloques, assemblées générales, séminaires, …) se révèlent adaptés.

 

 

 

facilitation-graphique-tiana-castelneau

 

 

 

  • Quelle est la différente entre une Facilitation Graphique et un sketchnote (ou « Croquinote » en français) ? Des évolutions technologiques (liées à l’émergence de la vidéo ou du web) sont elles apparues ?

La Facilitation Graphique est un ensemble de méthodes visuelles utilisées pour accompagner, structurer et synthétiser les échanges au sein d’un groupe et stimuler l’intelligence collective. Il restera un rapport visuel, plus valorisant et facile à appréhender qu’un rapport écrit que personne ne lira. Les Sketchnotes (ou la prise de notes illustrées en français) est une méthode de prise de notes individuelle. Cette méthode permet de travailler sur son écoute active. On écrit de manière synthétique, on dessine très simplement et ces deux actions combinées permettent de mémoriser. Ceci n’est pas de l’art, c’est de la pédagogie !

Les méthodes de FG existent depuis les années 70 et se pratiquent depuis une quinzaine d’années en France. Dans un premier temps la technologie a aidé à la démocratisation de ces méthodes à travers les formats vidéo RSA Animate par exemple (des vidéos de facilitation graphique avec une voix off). Aujourd’hui les applications sur tablettes tactiles et leurs stylets permettent de dessiner en direct et de diffuser immédiatement sur les réseaux sociaux.

 

 

  • L’image facilite la compréhension en permettant une identification rapide, mais ne minimise-t-il pas la pensée en réduisant des concepts qui ont parfois besoin de mots, d’argumentation et donc de place pour être développés ?

La facilitation graphique n’est pas de l’illustration, c’est donc toujours des informations écrites, mises en scène pour faciliter la compréhension. L’expression : « ah oui je vois… j’ai compris ! » est révélatrice de notre besoin de visualiser les choses pour mieux les comprendre. Elle n’est jamais utilisée seule mais toujours conjointement à un texte ou des infos orales donc aucun risque de manque.

 

Sketchnotes-tiana-castelneau

 

 

  • Y’a-t-il des astuces à connaître pour réussir une bonne Facilitation Graphique ?

Pas d’astuces, ni d’espiègleries : que de l’entrainement !
Se mettre dans une posture d’écoute intense et de retranscription fidèle et structurée, ce sont des méthodes qui s’apprennent.

 

  • Des erreurs à éviter ou des choses récurrentes qui te font sourire ?

J’ai toujours le sourire, parce que dès que je vois quelqu’un se lancer avec enthousiasme dans un effort de visualisation pour les autres, cela me réjouit ! Il faut une bonne dose de bienveillance avec soi-même pour oser commencer et les autres accueillent toujours les premières modélisations avec beaucoup plus d’intérêt que pour un texte à lire ! Ce ne sont pas les qualités artistiques du facilitateur graphique qui sont importantes, ce sont ses capacités à écouter et synthétiser qui seront les plus utiles.

 


En savoir plus :

typolab_bordeaux
Pour plus d’infos et contacter Tiana :
Typolab.fr
tiana@castelneau.fr // 06 52 87 33 55

Twitter : @tiacastel // Facebook Pro: Tiana Castelneau.

 

 

Tiana Castelneau interviendra lors de l’atelier du mardi 2 février sur « L’Economie collaborative et l’uberisation de la société » pour initier les participants à la Facilitation graphique. Des étudiants de l’IUT MMI (Métiers du multimédia et de l’Internet) de l’Université de Bordeaux se chargeront ensuite de réaliser des SketchNotes reprenant les propos essentiels tenus lors des différentes tables-rondes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *