Faire face à la crise : stratégies d’adaptation (2)

 

1. Crise = opportunité de carrière
Parfois en réaction à l’accroissement d’une certaine violence managériale, la crise fût l’opportunité pour certain(e)s de créer leur propre emploi …
Avec le recul, c’est beaucoup plus encore ; de nombreuses satisfactions non escomptées se sont ajoutées comme l’indépendance, la réalisation de soi, le gain en pluridisciplinarité, une ouverture plus grande à l’autre …

 

2. Crise = réduction des coûts = consommer autrement
Comme les prix ne font qu’augmenter, de nouveaux services ou nouveaux business apparaissent, suggérés par « le partage », seule possibilité de conserver les mêmes usages :
– partage de moyens de locomotion : VCub ou covoiturage ;
– partage de voitures : www.citizecar.com ;
– partage de maisons : www.SwitcHome.org ;
– partage de construction immobilière : habitat participatif et partagé ;
– partage de machine à laver : et oui, ça existe !! www.lamachineduvoisin.fr
Les achats mutualisés se multiplient pour une meilleure répartition des coûts d’acquisition (exemple : www.lowcostce.fr).

3. Crise = réduction des coûts = innovation et performance
Les entreprises externalisent des pans entiers de leur activité pour la confier à des prestataires innovants et opportunistes.
La demande est de plus en plus exigeante mais crée des occasions de business pour les plus malins d’entre nous.

4. Crise = évolution positive des mentalités
Savoir rebondir – notion marketing Agil – s’impose à nous, et ce, par la formation et la reconversion notamment.
La notion de réseaux se développe fortement car l’individualisme devient « has been ». La création de liens entre les individus enrichit et donne du sens ; le sens que nous avions perdu dans la recherche d’accumulation de richesses des 30 dernières années.

Un nouveau paradigme s’offre à nous : la société de « l’usage ».

D.C. & M.S.