La Presse dans tous ses états ! (7)

 

L’économie de la presse
Le support historique de la presse écrite, le journal, appelé familièrement « la feuille de chou », était jusqu’alors le bloc unique d’information. Il était uniquement payant et ne comportait que des articles de fond.

 

On assiste depuis ces trente dernières années à une mutation de la presse écrite et de son support historique. Désormais, il peut être gratuit et comporter exclusivement des articles d’informations.

Aujourd’hui, la « feuille de chou » laisse place à de la nourriture informationnelle plus numérique : internet, tablette, Smartphone, …

Il semble que le support papier soit supplanté par l’apparition de ces technologies.

Aussi, diverses questions apparaissent :
Les nouvelles technologies sont-elles une menace pour le support papier ?
Quels seront les modèles économiques viables : tout gratuit ? tout payant ?
Quelles sont les formes de presse qui s’en sortiront le mieux ?

On distingue quatre types de presse écrite : la presse payante (presse grand public et presse technique et professionnelle), les supports spécialisés, la presse gratuite et internet.

La presse gratuite et les nouveaux supports numériques ne sont pas venus concurrencer la presse écrite comme on pourrait le penser. La presse gratuite est apparue avec l’idée de toucher une nouvelle clientèle plus jeune avec la volonté de lui donner envie de lire la presse écrite payante.

En effet, depuis plusieurs années les ventes de journaux connaissent une baisse significative. Selon la Direction Générale des médias et des industries culturelles, le chiffre d’affaires global de l’ensemble de la presse écrite en 2010 – 9,43 milliards d’euros – est en légère diminution par rapport à celui de l’année précédente (-2,1%), mais ce recul est sans commune mesure avec celui observé entre 2008 et 2009 (-7,8%).

Afin de toucher cette nouvelle cible, la presse s’est voulue gratuite et a occupé un terrain de distribution jusque-là insuffisamment occupé, à savoir les transports en commun urbains. Le contenu du journal s’est vu modifié pour passer d’une presse contenant des articles de fond à une presse contenant des articles informatifs plus rapides à consommer.

Au-delà de cette stratégie et pour résister à cette crise, certaines presses ont décidé de contre attaquer en segmentant la presse et en répondant aux besoins des clients par la création de la presse spécialisée (bricolage, loisirs, …). Ces nouveaux supports se sont développés pour répondre aux questionnements et aux préoccupations des lecteurs.

En conclusion, il semble clair que la presse écrite soit en pleine mutation. Cette dernière a mis en place de nouvelles stratégies marketing et profite des nouveaux supports pour développer sa clientèle.

V.O.