Quand plénisphère dévoile le dessous de ses cartes

« Performance et qualité de vie au travail » sont les maîtres-mots de ces 2 consultants formateurs. Leur passion débordante pour leurs univers professionnel les amènent à constamment phosphorer, se former, pratiquer et améliorer leurs process. Leur saine motivation contribue à permettre à chaque individu de trouver sa place en entreprise, à chaque entreprise de trouver la bonne formule pour optimiser et faire évoluer son fonctionnement. Découvrez dans cette interview la « parole impactante » de ces deux hémisphères à l’expertise céleste.

 

De quelle manière caractériseriez-vous plénisphère ?

 

plénisphère est un cabinet d’audit, de conseil et de formation, dont la volonté est d’accompagner et de former les encadrants et leurs équipes. Nous souhaitons inscrire la performance au cœur de nos démarches tout en maintenant et/ou en développant la qualité de vie au travail. Nous agissons auprès d’individus ou de groupes, autour de toutes les problématiques managériales, qu’elles soient d’ordre organisationnelle ou relationnelle. Nous participons à la fiabilisation des processus RH et, si nécessaire, à l’accompagnement au changement. Notre particularité consiste à agir après un diagnostic poussé afin de construire et de proposer une offre spécifique.

 

Nous sommes à ce titre soucieux de recruter des formateurs qui utilisent des méthodes intégratives c’est-à-dire non dogmatiques. Cette démarche répond à notre volonté d’être au plus des problématiques auxquelles sont confrontées nos clients. En procédant ainsi, nous avons une réelle capacité à créer un lien de confiance avec eux. Nos résultats sont reconnus puisque plus de 90% des structures au sein desquelles nous intervenons nous sont fidèles et refont appel à nous !

 

 

 

 

Pourquoi faire appel à vous ? Comment vous démarquez-vous de la concurrence ?

 

Nous revendiquons notre identité ! Un singularisme reconnu par nos clients, notamment dans l’enquête qualité 2016-2017 que nous avons réalisé et dans laquelle nos clients utilisent pour nous qualifier les mots : « Interpellant », « expertise », « authentique », « confiance » et « agile ».

 

Nous sommes sollicités le plus souvent en soutien de la gouvernance des entreprises, soit auprès d’une personne, soit auprès d’un groupe. Ce soutien repose sur l’acquisition de la juste posture managériale, l’efficacité à fonctionner en comité de direction, la réflexion et la concrétisation des axes stratégiques. Nous veillons à transmettre ces axes, à les transformer en actions et en résultats durables. Nous sommes également présents là où il y a un déséquilibre et des tensions dues aux personnes, aux relations, aux organisations ou aux évolutions demandées par l’entreprise. Nous ne nous revendiquons pas comme des faiseurs de miracle, des annonciateurs de bonnes nouvelles. Au contraire ! Et c’est justement cette franchise et cette bienveillance que nos clients apprécient !

 

 

 

Quel est votre parcours et quelles sont vos motivations pour ce métier ?

 

À l’origine, nous avons un parcours opérationnel d’encadrement dans des fonctions liées à la satisfaction et à la reconnaissance des clients tant en interne de l’entreprise qu’en externe. Nous avions des responsabilités commerciales, managériales et en termes de ressources humaines que nous avons renforcé en nous formant et en veillant à former nos partenaires. Ceci en nous appuyant sur différents courants et concepts, différentes techniques, … car nous considérons qu’il n’existe pas une méthode ou un seul outil miracle. Nous préférons avoir la capacité à proposer la juste approche à nos clients. C’est très enrichissant personnellement et très efficace pour nos clients. C’est ce que nous aimons dans notre métier. Nous osons dire que nous apprenons aussi de nos clients.

 

 

Décrivez-nous votre méthode d’analyse et de travail : comment la définiriez-vous ?

 

Cela fait très longtemps que nous sommes formés en communication interpersonnelle et nous poursuivons cette démarche en nous intéressant aux applications plus en lien avec l’univers professionnel, notamment aux recherches et aux applications menées outre Atlantique. Nous avons d’ailleurs obtenu une certification pour l’une d’entre elles, relative à la théorie du Flow et Mihàly Csikszentmihályi de l’Université de Chicago. Notre approche nous a conduit également à obtenir une certification en systémie car il est primordial, que ce soit pour une intervention auprès d’un individu ou d’un groupe, de prendre toujours en compte l’environnement et ses impacts. Aujourd’hui, nous sommes régulièrement sollicités par d’autres consultants afin de transmettre cette « approche plénisphère ».

 

Notre méthode repose sur une analyse qui s’effectue à différents niveaux. Par exemple lorsqu’il nous est demandé d’aider un groupe de managers à augmenter l’efficience des équipes, nous intervenons auprès des individus, sur la nature de leurs relations, sur leur mode de fonctionnement et l’impact culturel et émotionnel de l’entreprise sur ce groupe. Cette approche globale permet de conduire des changements fiables et durables.

 

 

 

 

En quoi consiste notamment ce que vos clients qualifient « d’interpellant » dans vos interventions ?

 

Sans dévoiler ce qui est la force de la culture plénisphère vous avez compris que nous agissons toujours sur deux niveaux en parallèle. La plupart du temps, nos clients nous demandent une intervention visant à un résultat concret et factuel, c’est normal !

 

Lorsque nous sommes sollicités par exemple pour la définition d’une stratégie d’entreprise, une des premières questions que nous nous posons est : « Où sont les points de tension qui auront un impact, de la réflexion à sa mise en œuvre ? ». Cela implique d’intervenir à la fois sur l’émergence des contenus mais également sur les processus de transmission et d’adhésion. Dans ce type de cas, nous couplons toutes nos interventions avec celle d’un intervenant, que nous qualifierons de technicien, et d’un coach.

 

Ainsi, tout au long de la production, nous veillons avec précision sur l’évolution de la nature des relations, des inquiétudes, de l’enthousiasme, de la créativité, … pour que rien ne perturbe ni la réflexion, ni la mise en œuvre. Notre client est parfois surpris de cette approche mais il en mesure rapidement l’intérêt ! D’autant plus que notre exigence nous oblige à ne rien laisser passer. C’est le début des démarches engageantes pour toutes les parties y compris pour nous-même ! Cette approche nous permet de bâtir une relation de confiance.

 

 

 

Avez-vous des exemples d’intervention que vous avez effectués ou d’entreprises que vous connaissez (notamment des grandes entreprises ou institutions) afin d’étayer les propos évoqués jusqu’alors ?

 

Nous tenons particulièrement à respecter la confidentialité pour nos clients, c’est aussi grâce à cela que nous arrivons à travailler ensemble en toute confiance. Alors imaginez simplement une entreprise publique de plus de 300 collaborateurs dont l’activité annuelle génère plus de 25 M€ de CA. Une évolution législative ouvre son activité à la concurrence privée, c’est la fin du monopole ! A court terme il faut intégrer plus fermement les notions de rentabilité, de démarchage commercial, d’objectifs… C’est une révolution culturelle qui s’annonce !

 

Nous avons découvert une structure très professionnelle et soucieuse du service client mais dont l’orientation prévue par la nouvelle stratégie risquait de provoquer des tensions majeures. Si ces tensions avaient perturbé l’activité, si l’encadrement n’avait pas porté la nouvelle stratégie, si les équipes n’y avaient pas adhéré, les concurrents auraient saisi l’opportunité et auraient gagné des parts de marché difficiles à reconquérir. Aujourd’hui nous gardons des rapports privilégiés avec les membres du comité de direction qui sont des professionnels ouverts et dont nous avons beaucoup appris également.

 

 

 

 

Quelles sont les tendances et les besoins actuels des entreprises en termes de formation, de ressources humaines et de management ?

 

Nous savons tous que le financement des formations est d’actualité à chaque échéance électorale et que des réformes sont régulièrement engagées dans ce domaine. À notre niveau, nous constatons au quotidien les besoins des entreprises en matière d’accompagnement de leur managers. Nous sommes convaincus que l’employabilité passe par la consolidation des pratiques et l’engagement individuel de chaque manager. Ces deux leviers sont directement dépendants du niveau d’impact qu’aura la parole managériale. C’est le stimulant de l’activité, de l’ambiance et donc de l’équilibre entre le bien être au travail et la performance de l’entreprise.

 

Nous avons beaucoup étudié, observé, vécu d’expériences autour de l’impact managérial. On entend aujourd’hui beaucoup parler d’entreprise libérée : il n’est pas opposant de donner un cadre, de stimuler un environnement à la créativité et à l’autonomie en ayant une gouvernance claire et rassurante. Un groupe n’est pas seulement un rassemblement de personnes. Pour exister et être efficace, il doit partager un objectif, des moyens et une énergie pour agir. Nous pensons qu’avant d’envisager de nombreuses formations à vocation souvent « corrective » il est nécessaire de consolider le processus de groupe. C’est l’un des terrains sur lequel notre cabinet est reconnu. Un groupe solide donnera une somme d’individus solides, dont l’employabilité sortira renforcée.

 

 

Pourquoi avoir choisi cette thématique d’atelier ? Comment motiver les professionnels concernés à y participer ?

 

C’est d’abord le constat des responsables RH que nous avons été. Si la parole managériale est diluée, manque de courage et de transparence, cela nuit fortement à sa légitimé et n’insuffle pas l’énergie nécessaire à l’efficience. D’autant plus que cette carence peut également générer des troubles, des tensions puisque le doute et la rumeur peuvent combler le vide laissé. Cette intuition rejoint le constat que nous avons évoqué précédemment, à présent en tant que consultants.

 

Durant, l’entretien d’évaluation par exemple, il n’est pas rare d’entendre « ça ne sert à rien », « nous l’archivons et nous ne l’exploitons pas suffisamment »Nous avons rencontré de nombreux managers voire des dirigeants pourvus de beaucoup de qualités mais qui ne savent pas comment dire, quoi dire, oser dire ou parfois qui disent les choses « maladroitement ». Or, l’entreprise y investi du temps (donc de l’argent). Elle se soumet à des contraintes organisationnelles parfois couteuses pour mener ses campagnes d’évaluation durant lesquelles la parole managériale y est parfois diluée. L’entreprise prévoit-elle ou bénéficie-t-elle d’un réel retour sur investissement ?

 

Pour remédier à ce « gâchis », nous mettons en place des processus pragmatiques afin que toutes les parties concernées bénéficient lors de ce moment d’une valeur ajoutée, bien au-delà d’un recueil en besoin de formations ! C’est l’une de nos prestations les plus appréciées et dans laquelle nous croyons donc beaucoup. Former est un investissement pour l’entreprise, il est donc évident qu’il faut en retirer des gains.

 


Retrouvez Jean-Pierre Perrin-Serres et Emmanuel Plumas, les 2 co-fondateurs et co-dirigeants du Cabinet Plénisphère, lors de l’Atelier « Osez donner de l’impact à la Parole Managériale ! » jeudi 28 septembre dès 18h30 au Yoga Pop de Bordeaux (Tram A – arrêt Place du Palais).

 

EN SAVOIR PLUS & S’INSCRIRE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *