La Presse dans tous ses états ! (4)

 

L’évolution des supports de presse (évolution technologique)
Pourquoi la presse cherche-t-elle en permanence de nouveaux supports, de nouveaux formats ? Pour s’adapter aux nouveaux modes de lecture, aux nouvelles technologies liées au partage de l’information (internet, téléphonie, réseaux sociaux,…).

 

Les points négatifs de la fabrication traditionnelle : impression sur papier.
Le volume de pages défini à l’avance.
Les contraintes rédactionnelles, publicitaires pour les annonceurs.
La diffusion, le routage.
Le temps de production, les délais serrés.

Vers une nouvelle évolution de lecture, une nouvelle histoire, l’édition papier a maintenant une seconde vie

Après l’accès à l’information sur smartphone, l’arrivée de l’Ipad d’Apple transforme les habitudes de lecture. Pourquoi ?

Ce nouveau média permet de transformer les publications imprimées en contenus multimédias interactifs qui contribuent à séduire et à fidéliser de précieux lecteurs et annonceurs, tout en gardant la diffusion papier et, si possible, augmenter le nombre d’abonnements.

Il est maintenant avéré que ce nouveau support augmente  les  tirages, permet de proposer de nouveaux créneaux publicitaires et fait le choix d’une couverture interactive qui confère à l’actualité une étonnante réalité (3D, diaporama, vue 180° et 360°, vidéo).

Le volume de tablettes correspond à un véritable raz de marée. Apple prévoit de produire 100 millions de tablettes sur 2012 ; ce support touche aussi bien le particulier que tous les acteurs industriels.

Pour les acteurs de la presse, il n’y a pas de cassure sur la fabrication des pages, pour ce nouveau support ; la création et la composition des pages (PAO) sont assurées par les services de fabrication des journaux.

Ouvrir de nouveaux horizons aux annonceurs ; la publication via les « kiosques » AppleStore, Android Market,… permet une véritable analyse éditoriale et publicitaire ; communiquer aux annonceurs des informations précises et détaillées sur l’interaction des lecteurs avec les articles et publicités.

Alors, à quand Objectif Aquitaine sur nos tablettes ?

G.S.