Les besoins en communication des entreprises…

 

Les besoins en communication des entreprises : quelle(s) stratégie(s) adopter ? Après avoir échangé autour de l’aspect développement durable de la communication d’entreprise nous avons abordé la professionnalisation de la communication dans les petites entreprises, les différents types d’approches clients et la communication digitale.

 

Communication responsable

Mais tout d’abord quelques mots sur la communication centrée développement durable. Les entreprises s’orientaient vers le développement durable pour des questions de retour sur investissement. La notion de bien-être et l’empreinte carbone rentrent maintenant en ligne de compte. De plus en plus d’entreprises imposent le développement durable à ses prestataires et sous-traitants. Il existe 3 problématiques d’entreprises liées à la communication responsable :
> Commercialisation d’un produit ou service développement durable,
> Positionnement concurrentiel, différentiation (effet de mode),
> Intégration d’une politique responsable sans en faire l’étale, communication induite.
Nous avons noté qu’il était important que le métier et le service reste prioritaire dans la communication d’entreprise afin d’éviter une remise en question des compétences et qualifications de l’entreprise liée à une communication trop opportuniste. 

Professionnalisation de la communication

En temps de crise, le brief des entreprises change. Les petites entreprises communiquent habituellement au coup par coup, avec un contexte économique plus fragile elles recherchent une stratégie globale de communication avec une cohérence visuelle. Les entreprises du BTP sont un bon exemple de cette volonté. L’image est importante et il faut la faire connaitre tout en maitrisant toujours mieux son budget, le tout dans un objectif de prospection et de fidélisation. Dans cette logique, les entreprises sont à la recherche d’un accompagnement et de conseils afin de professionnaliser leur communication.
Dans une entreprise il ne devrait pas y avoir qu’une seule personne à décider de la stratégie et des projets liés. L’ensemble des participants a insisté sur l’importance de la création d’un consortium de décideurs (un focus groupe). Le dirigeant se fait porte parole de l’entreprise lors de la commande initiale, le projet doit ensuite être présenté devant 2 ou 3 personnes compétentes dans l’entreprise. Cette organisation diminue le risque de revenir en arrière sur un projet et donc de prendre du retard. 

Approche client

L’assemblée a relevé différents types de clients. Certaines entreprises essayent de développer leur communication seule et butent face à la difficulté liée à certains outils. C’est dans ce contexte qu’elles se tournent vers un prestataire. D’autres entreprises se tournent vers un prestataire avec une commande précise autour d’un outil et lors d’un échange sur la stratégie s’aperçoivent que leur interlocuteur possède des compétences variées et peut donc l’aider sur une communication plus globalisante. Enfin, certaines entreprises, généralement de plus grande taille, font systématiquement jouer la concurrence en proposant un brief à plusieurs prestataires afin d’obtenir la solution la plus rentable.
Selon l’entreprise et son histoire, la communication peut être axée différemment. Lors de cette table ronde nous avons notamment listé :
> L’image du président (Alain Afflelou),
> L’activité,
> L’actualité (construction d’un bâtiment HQE, …).
Tout dépend de la stratégie de l’entreprise et de ses objectifs. Cependant, on n’observe pas de stratégie à long terme, sur 2 ou 3 ans hors publicité ou les agences sont recrutées sur plusieurs années. 

Communication digitale

Le débat a pris corps autour de l’exemple d’une page Facebook. En communication web, la notion d’agenda éditorial est importante. Le contenu est l’essence d’une communication digitale réussie et la personne animant une page ou toute autre communauté doit avoir une certaine liberté de parole et surtout une très bonne connaissance de l’entreprise, de ses valeurs et de ses produits. Dans ce contexte, même si un prestataire peut accompagner, former le responsable et apporter un regard extérieur, un salarié en relation avec les différents services doit être délégué en interne.
L’agence prend donc un rôle de sensibilisation et formation des salariés. Elle conseille sur les outils adaptés et les relations possibles entre eux. Le prestataire apporte un regard extérieur et apporte une véritable plus value en terme de référencement naturel et de performance du site. Cette notion d’accompagnement est particulièrement présente dans les métiers du web selon certains participants. Un cahier des charges peut être rédigé en interne par exemple, mais le résultat sera certainement différent d’une commande écrite avec un consultant extérieur. La notion d’objectifs reste prégnante. 

Conclusion

 
Après avoir débattu sur ces différents points nous avons abordé le sujet de la communication interne d’une entreprise qui semble être largement délaissée. Instaurer une stratégie de communication interne semble pourtant faciliter les échanges et accélérer une prise de décision optimisée.

DP.S.