Mieux comprendre l’Économie Sociale et Solidaire

 

Déroulé et lieu inhabituels pour une soirée consacrée à l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) ce mercredi 28 janvier : dans les nouveaux locaux de La Ruche, 6 intervenants se sont succédé auprès des participants pour explorer différents domaines : entreprendre dans l’ESS, l’Insertion par l’Activité Économique (IAE), les lieux d’accueil collaboratifs.

 

Plus d’1 salarié girondin sur 10 exerce à l’heure actuelle dans le champ de l’ESS, parfois même sans le savoir. Une récente classification nationale regroupe dans l’ESS toutes les associations, les mutuelles, les coopératives et les structures qui intègrent des règles de gouvernance participative, une lucrativité limitée et une activité d’utilité sociale. Pour en parler, les organisateurs avaient sollicité 6 entités, qui ont répondu aux questions des tables rondes sur les 3 thèmes :

 

L’Entrepreneuriat
L’Association Territoires et Innovation Sociale (ATIS), représentée par Yoann Labbé : recherche de financements et incubateur de porteurs de projets liés à l’innovation sociale et à l’ESS ;
Elise Atlantique, représentée par son fondateur Frédéric Petit : une structure de collecte et de valorisation de déchets de bureau employant 80% de personnes en situation de handicap.

 

 

Ce qui est ressorti des échanges :
Les entreprises de l’ESS emploient souvent des personnes qui ne peuvent pas travailler dans le milieu professionnel « traditionnel ». A ce titre, elles peuvent recevoir des subventions contrôlées par les services de l’État.
Au-delà de la performance économique, leur impact sociétal est plus global. Ceci est peu chiffrable mais il s’agit de quelque chose d’important à montrer aux parties prenantes, notamment aux acteurs territoriaux, toujours sensibles à la dimension sociale. A cet effet, il reste un effort à accomplir pour que les collectivités intègrent des critères de l’ESS dans leurs appels d’offres.
Dans les entreprises ESS, le budget formation est souvent plus important qu’ailleurs : chez Elise Atlantique par exemple, il est 5 fois supérieur à la moyenne. Les postes sont adaptés aux personnes qui les occupent.

 

L’Insertion par l’Activité Économique (IAE)
Le Groupement Aquitain des Réseaux de l’Insertion par l’activité Économique (GARIE), représenté par Aurore Prevot : une fédération de 188 structures qui accompagnent et forment les salariés concernés par l’IAE, à savoir les Ateliers Chantiers d’Insertion (ACI), les Associations Intermédiaires (AI), les Entreprises d’Insertion (EI) et les Entreprises de Travail Temporaire d’Insertion ou (ETTI) ;
SINEO Bordeaux, représenté par Corinne Sloan : une entreprise qui favorise l’insertion professionnelle par l’activité de nettoyage écologique de véhicules.

 

 

Ce qui est ressorti des échanges :
L’Insertion par l’Activité Économique concerne des publics variés mais éloignés de l’emploi : demandeurs d’emploi longue durée, bénéficiaires des minima sociaux, jeunes en difficultés sociales, personnes en situation de handicap ou sortant de prison…
Leur prise en charge passe par un accord avec Pôle Emploi qui donne un agrément de 2 ans au cours duquel les salariés font l’objet d’un suivi et d’un accompagnement socio-professionnel renforcés.
En moyenne une personne passe 18 mois dans l’IAE avant de trouver un emploi stable ou de faire aboutir son projet professionnel. Il y a aussi des échecs liés aux parcours de vie qui viennent parasiter l’accompagnement des structures. Les structures de l’IAE bénéficient d’aides aux postes du ministère de l’emploi qui compensent l’effort d’encadrement, d’accompagnement socio-professionnel à fournir et un certain manque de productivité.

 

Les lieux d’accueil
La Ruche, représenté par Camille Panczer : un espace de travail collaboratif dédié à l’innovation sociale où porteurs de projets peuvent se rencontrer, échanger et développer leurs idées ;
Le Campement, représenté par Élodie Rochel : une pépinière d’entreprises située à Darwin, dédiée à l’accompagnement (sur 2 ans) de projets responsables liés à l’innovation d’usage et au développement durable.

 

 

Ce qui est ressorti des échanges :
La première étape passe par une validation de la viabilité économique du projet. Dans ESS, il y a bien économie donc création d’emploi à la clé !
Le recrutement des jeunes entrepreneurs provient souvent par le bouche à oreille et le partage de valeurs communes : il faut que les personnes qui intègrent ses lieux soient ouvertes aux autres et au dialogue.
Le rôle de l’animateur est très important : intégration, bénéfice d’accompagnement, promotion d’ateliers ou de solutions, ouverture du réseau… Il est l’agitateur.
L’idée qui prédomine est celle de l’échange. Ne pas laisser le porteur de projet seul face à ses difficultés mais tout mettre en œuvre pour l’accompagner vers la réussite. Des TPE sont en souffrance car le dirigeant est seul pour tout gérer, ces lieux peuvent être un plus pour faire face.

 

Liens utiles :
www.economie.gouv.fr/cedef/questions-reponses
www.economie.gouv.fr/ess-economie-sociale-solidaire
www.lemois-ess.org

 

— Par Claire Goutines, rédactrice, cabinet de rédaction Zanzibar

 

— Crédit photo : © Sud Ouest (Camille Panczer)
— Crédit photos : © Krystell Bonnet – Krystell Bonnet p h o t o g r a p h i e

 

 

 Krystell Bonnet : CRÉATRICE D’ÉMOTIONS

 

« La photographie sociale est surtout une question de point de vue : témoigner d’un événement, figer un regard dans le temps, se mettre en scène, communiquer par l’image, vaincre sa timidité. C’est avant tout une rencontre, une affaire d’empathie, de confiance et de partage.
En extérieur, à domicile, au cœur de l’entreprise, je viens à votre rencontre pour vous accompagner dans votre projet photographique, en définir le cadre et la portée.

 

Portrait, célébration, développement personnel, autant de moments pour exprimer et témoigner. Supports commerciaux, reportages, événementiels, communiquer par l’image est un passage obligatoire pour se différencier, faire connaître son activité ou la développer.

 

Mon travail consiste à comprendre vos ambitions, vos aspirations… à transmettre une émotion. »