Réseaux professionnels numériques : les bonnes pratiques… (1)

 

La synchronisation des différents réseaux numériques ou comment gérer tous ces réseaux sociaux
Plusieurs plateformes (Tweedeck, Hootsuite, Seesmic, Yoono -intègre Flicker et d’autres réseaux-) permettent de regrouper Facebook et ses pages, Twitter, WordPress, LinkedIn, MySpace, Ping, Foursquare, les flux RSS, etc …

 

Les messages et les comptes sont synchronisés afin de faire partager à tout son réseau des informations communes sans avoir à aller sur chacun de ces réseaux = gain de temps important.
Comparatif :
http://socialcompare.com/en/comparison/comparatif-entre-hootsuite-tweetdeck-et-seesmic-jlbpslu
A savoir : Viadeo peut être synchronisé avec Twitter et inversement, très facilement.
A noter également que les flux RSS facilitent la recherche et la diffusion d’informations, de façon automatisée, pour toucher un plus large public.

La communication par les réseaux numériques, l’e-réputation et le langage à tenir
Dans certaines entreprises, la communication par les réseaux numériques est désorganisée, tant les réseaux sont nombreux et qu’on ne connaît pas nécessairement l’impact que donnera l’appartenance à tel ou tel réseau. Il est donc très important de définir sa stratégie d’entreprise.
Parmi ces réseaux, on dénote, au sein de ceux les plus utilisés par les entreprises, Facebook, Twitter et Viadeo.

L’e-réputation est très importante. Il s’agit pour l’entreprise de construire un mythe, une charpente et de bien organiser sa stratégie de communication.
Conseils utiles concernant Twitter, lorsqu’on est débutant : www.twoutils.com/debuter-twitter 

Les principaux outils

Foursquare concerne la localisation ; de nombreuses entreprises l’assimilent à un jeu interactif alliant le réseau social et Google Map.
Scoop It s’apparente à un portail de nouvelles (articles) à découvrir au travers de journaux, d’images, de titres, de mots clés et des pages sur différentes thématiques. Scoop It permet également la création d’articles.
Netwibes sert à organiser tous les services du web
(http://academy.netvibes.com/courses/doku.php/fr/power-user/organiser-efficacement-votre-netvibes).
Paper.li permet de publier son propre journal et de devenir éditeur. 

Remarques

 
Sur Facebook : il est très important de séparer le profil personnel du profil professionnel et de créer deux profils ; l’idéal (recommandé) étant de créer une page pour son entreprise.
Sur Viadeo : il est souhaitable de se réserver un créneau dans la journée, par exemple tôt le matin, afin de pouvoir s’occuper plus efficacement des hubs auxquels nous adhérons (consommateurs en temps). 
Précautions à prendre et conseils
 
Twitter s’adresse à la terre entière ; il est important, lorsqu’on interfère sur ce réseau, de se créer une (vraie) thématique qu’on va partager avec d’autres, dans le but d’être listé en tant qu’expert.

Twitter est réellement un outil de veille. Bien cibler sa thématique et trouver sa complémentarité.
Il existe aussi des outils d’évaluation humain pour la cartographie des réseaux sociaux et pour bien visualiser sa présence, voir l’impact : faire appel à des professionnels.
Une cartographie des réseaux sociaux permet de définir une stratégie d’entreprise, c’est un outil très puissant.
Il est intéressant de comptabiliser le nombre d’obtentions de contacts commerciaux par Facebook et Twitter.
Définir si l’entreprise intervient en B2B ou B2C.

Veiller et surveiller
 
Toujours surveiller ses statistiques (Google Analytics, Scoop.It).

Vérifier son « taux de rebond » c’est à dire le pourcentage de personnes qui vient sur le site et en ressort aussitôt.
Veiller à sa e-réputation qui est basée sur des relations interpersonnelles, il n’y a pas toujours un équilibre entre les deux. Il faut bien prendre en compte la personnalisation pour l’e-réputation. Souvent, le dirigeant d’entreprise est plus crédible que ses salariés. Quelques soient les usages numériques, il est souhaitable d’avoir un petit groupe d’ambassadeurs au sein de l’entreprise.
Faire très attention à l’e-réputation de l’entreprise car les salariés ne doivent pas tout divulguer sur internet. Ceci est à surveiller de près car certains d’entre eux ont des comptes Twitter ou Facebook personnels et divulguent des informations privées sur l’entreprise. On ne peut pas toujours tout dire.
Les réseaux numériques constituent un porte parole de l’entreprise incontrôlé et incontrôlable quand ils sont utilisés par le personnel. Cela devrait rentrer dans une véritable stratégie de management afin de sensibiliser les salariés à cet état de fait. Signifier aux employés qu’il ne faut pas tout dévoiler. L’idéal serait que cela rentre dans un projet collectif de l’entreprise. Conduire les salariés à aller dans ce sens.

La naissance de nouveaux métiers du Web par ces réseaux
 
La multiplicité des réseaux a fait naître de nouveaux métiers, comme le « Community Manager » qui est chargé d’animer ces réseaux. Il existe d’ailleurs des formations spécialisées.
Mais pas d’inquiétude à avoir, car même si l’ensemble de ces réseaux
numériques semble être un jouet de spécialiste, il est important de se dire qu’on est tous au même niveau les uns les autres. Il faut juste aimer çà, s’impliquer dans la communauté numérique.
Tout s’apprend ! Alors, courage ! On peut tous y arriver !


G.S.

 

— Photo : &#169 Sandrine (Gaultier) Druard